Livraison gratuite à partir de 99 € de commande

Bien lire les étiquettes

 

Au rayon nourriture canine, il est souvent difficile de décrypter la composition des produits.

 

Qui ne s’est pas déjà senti un peu perdu au milieu de toutes ces informations inscrites sur les sacs d’aliments ? Pourtant, comprendre comment lire les étiquettes des croquettes pour chien s’avère primordial pour adopter en conscience celles qui apportent le meilleur pour la santé de votre boule poilue.

Dans cet article, nous faisons le point sur les données clés rencontrées sur les sacs de croquettes : composants analytiques, allégations marketing, liste des ingrédients, quantités journalières recommandées, etc.  Grâce à nos explications, vous allez rapidement y voir plus clair et savoir juger n’importe quelle composition de croquettes pour effectuer un choix averti. C’est parti !

Équilibre des composants analytiques : choisir la formule la plus adaptée

Au dos des paquets de nourriture, vous trouverez un encart présentant l’analyse nutritionnelle moyenne. Elle porte parfois le nom de composants analytiques ou constituants analytiques. Cette mention obligatoire indique les teneurs en nutriments des croquettes : pourcentage de protéines, de matières grasses, de fibres, de cendres et de glucose.

Une alimentation de qualité doit comporter un équilibre optimal entre ces différents éléments pour répondre aux besoins de nos compagnons à 4 pattes. Détaillons les proportions recommandées pour obtenir la meilleure composition de croquette possible.

 

Pourcentage de protéines brutes : + de 30 %

Intérêt des protéines dans le régime alimentaire canin

Le régime alimentaire du chien correspond à celui d’un carnivore à tendance omnivore du fait de sa co-évolution avec l’homme. Ainsi, il ne doit pas se nourrir exclusivement de viande même si elle doit représenter une part importante de son alimentation.

Essentielles à son organisme, elles jouent un rôle structural pour la constitution de ses muscles, ses os, sa peau ou encore son pelage et participent au bon fonctionnement de nombreux systèmes physiologiques : métabolisme, immunité, production d’hormones, etc.

Bon à savoir : toutes les protéines ne se valent pas

Les protéines animales fournissent au corps un apport protéique plus complet que les végétales, car elles sont plus riches en acides aminés et sont mieux assimilées. Elles sont également plus digestes.

L’alimentation optimale pour votre ami canin se base donc essentiellement sur la consommation de protéines d’origine carnée provenant par exemple du porc, du bœuf, de la volaille ou du poisson.

Attention, au sein même des protéines animales, toutes ne sont pas comparables. 

Celles de meilleure qualité proviennent principalement de la viande (muscle), de certains abats, du poisson et des œufs. 

A contrario, d’autres sont difficilement assimilables et contiennent une faible variété d’acides aminés. C’est le cas des protéines issues de viandes riches en élastine, en tendons, en collagène (couenne notamment) ou encore en cartilage.

Taux de lipides ou matières grasses brutes : de 15 % à 20 %

Les lipides représentent une source d’énergie et fournissent les acides gras essentiels au bon développement de nos compagnons à 4 pattes. 

Ils sont notamment apportés par la viande, la graisse animale, les huiles et les poissons gras. Comme pour les humains, les oméga 3 et 6 sont les acides gras essentiels à privilégier pour la bonne santé de votre compagnon.

Taux de fibres ou de cellulose brutes : – de 5 %

L’alimentation canine doit comporter des fibres, car elles jouent un rôle important sur la santé de nos boules de poils. Elles proviennent principalement des légumes, des fruits et des graines.

 

Apportées à une dose adéquate, elles permettent de : 

  • faciliter la digestion et réguler les selles ;
  • diminuer l’appétit des chiens les plus gourmands, car elles accélèrent la vitesse d’apparition du sentiment de satiété ;
  • lutter contre le diabète canin. En effet, elles modulent l’absorption des nutriments, ce qui évite les brusques changements de taux de sucre dans le sang.

Attention cependant, un excès de fibres entrave la digestibilité des éléments nutritifs et altère la qualité des selles. Elles deviennent ainsi néfastes à la santé de votre compagnon à 4 pattes. 

Taux de cendres brutes : – de 9 %

Les cendres brutes représentent les matières minérales de la croquette, c’est ce qui reste après la combustion de toutes ses substances organiques.

Leur pourcentage correspond ainsi à la teneur totale en minéraux et oligo-éléments contenus dans les croquettes. Il comprend notamment le calcium, le phosphore, le magnésium, le potassium, le fer, le cobalt, le zinc, etc.

Ces éléments sont importants pour maintenir l’équilibre nutritionnel du chien, car ils interviennent dans de nombreux processus métaboliques. Ils sont présents en quantités diverses dans la plupart des aliments d’origine animale et végétale.

Cependant, leur apport doit être limité et prudent, car une consommation excessive peut entraîner des affections de l’appareil urinaire telles que des irritations ou des calculs.

Bon à savoir : certaines marques précisent les pourcentages de quelques minéraux. Une bonne croquette ne devrait pas contenir plus de 1,5 % de calcium et 1,2 % de phosphore.

Taux d’humidité

Il représente la quantité d’eau contenue dans les croquettes.

L’affichage de ce pourcentage n’est obligatoire que s’il excède les 14 %. De ce fait, vous le trouverez rarement indiqué sur les sacs de croquettes, car il dépasse exceptionnellement les 10 à 12 %.

Taux de glucides assimilables : – de 25 % (idéalement – de 20 %)

Les glucides, communément appelés sucres, sont des nutriments énergétiques. Ils sont indispensables à la vie des chiens et leur fournissent l’énergie nécessaire à leurs activités habituelles, notamment cérébrales. Cependant, la dose à apporter au quotidien doit être contrôlée avec sérieux. En effet, consommés en trop grandes quantités, ils sont susceptibles d’induire des pathologies comme le diabète, l’obésité, ou les problèmes articulaires.

Ce pourcentage est rarement indiqué sur l’étiquette, car il n’est réglementairement pas obligatoire. Toutefois, sa connaissance est capitale et se trouve aujourd’hui au cœur d’une polémique.

Toutes les croquettes commercialisées contiennent des sucres, à des proportions variables et certaines peuvent atteindre des teneurs beaucoup trop élevées avoisinant les 50 à 60 %.

Pourtant, le taux de glucides idéal dans les croquettes canines se situe en dessous de 25 % et devrait se rapprocher au maximum de 15 %.

Alors pourquoi de tels taux sont-ils observés et d’où vient tout ce sucre ? Plusieurs facteurs sont impliqués. 

Une première explication provient du procédé de fabrication des croquettes qui exige l’apport de glucides complexes, notamment l’amidon. Ils sont nécessaires pour agglomérer les différents ingrédients et leur donner une tenue. Sans leur présence, la croquette s’effrite.

Ensuite, les recettes hypersucrées sont le résultat de décisions commerciales pour réduire les coûts de production. Certaines entreprises choisissent d’utiliser davantage de protéines végétales, car moins onéreuses que les animales même si leur teneur en glucose est très élevée.

Astuce intéressante : Estimation du taux de glucides

Le consommateur doit souvent calculer le pourcentage de glucides des croquettes, car il est rarement indiqué sur les étiquettes.

Pour l’évaluer, il suffit de considérer que la totalité des composants de la croquette correspond à 100 %. En retranchant à 100 les différentes teneurs d’analyse moyenne, vous l’obtenez :

Taux de glucides = 100 – (Taux de Protéines brutes) – (Taux de Lipides) – (Taux de Cendres) – (Taux de Fibres) – (Taux d’humidité*).

* Si le pourcentage d’humidité n’est pas précisé, considérez sa valeur estimée égale à 10 dans la majorité des cas.

Carnilove : exemple de croquettes à la composition analytique parfaitement adaptée aux chiens

Sur l’étiquette, lecture des taux indiqués :

protéine brute 38 %, teneur en matières grasses 20 %, cendres brutes 8,0 %, cellulose brute 3,2 %, humidité 10 %.

Le taux de glucide calculé est de : 100 – 38 – 20 – 8 – 3,2 – 10 – 10 = 20,8 %.

Composition des croquettes canines : décrypter la liste des ingrédients

Au dos des sacs, vous trouverez également la composition des croquettes qui correspond à la liste des ingrédients. Elle obéit à une réglementation spécifique. Cependant, les fabricants usent parfois de stratagèmes pour piéger les maîtres de chien, ce qui rend sa lecture avertie d’autant plus importante.

Ingrédients classés par ordre de poids avant cuisson 

La liste des ingrédients est ordonnée par ordre de poids des matières premières mis en œuvre avant cuisson, du plus lourd au plus léger. Elle s’analyse avec précaution, car elle ne reflète pas toujours le classement réel des quantités d’éléments constituants la croquette.

  • Le premier ingrédient doit être d’origine carnée

Au début de la liste des ingrédients, une bonne croquette affiche des éléments protéiques d’origine animale. Les constituants suivants devraient être des légumes ou des fruits.

Ainsi, si la composition commence par des céréales telles que « maïs », « blé » ou « riz », fuyez ! Une croquette pour chien doit contenir en majorité des protéines animales, pas végétales.

  • Méfiez-vous des taux d’hydratation des viandes

Dans la pratique, l’ingrédient au début de la liste n’est pas toujours le plus présent dans le produit fini. Sinon ce serait trop simple, n’est-ce pas ? 

En effet, si le premier élément cité comporte beaucoup d’eau, il est fort probable qu’il ne soit pas le constituant majoritaire, une bonne partie de son poids s’évaporant à la cuisson.

Prenons l’exemple du poulet frais, il contient environ 75 % d’eau et de gras. Après cuisson, sa masse est divisée par 4 ou 5. Une étiquette indiquant fièrement 20 % de poulet frais en tête de liste n’inclut pas plus de 4 % de volaille déshydratée dans le produit fini. Pas sûr qu’il mérite sa place en première position !

Proportions d’ingrédients souvent difficiles à analyser

Certaines dénominations sont ambiguës et prêtent à confusion.

Deux aliments situés entre virgules, comptent légalement pour un seul ingrédient. Dans l’exemple « viandes et sous-produits animaux », vous ne pouvez pas savoir quel pourcentage de chacun est mis en œuvre dans la croquette. Il est tout à fait possible qu’il n’y ait que 4 % de viandes et 96 % de sous-produits animaux, ou l’inverse !

Ces sous-produits correspondent aux parties de l’animal non destinées à la consommation humaine. Ils proviennent souvent des déchets d’abattoirs et contiennent des protéines de qualité inférieure et sont donc à éviter.

Il faut également se méfier des listes comportant plusieurs intitulés de céréales tels que « blé », « riz » et « maïs ». Même s’ils ne se trouvent pas en tête de liste, leur accumulation ne permet pas de savoir si la croquette est plus riche en céréales ou en protéines. Dans ce cas, pour clarifier, la solution consiste à consulter les taux de composants analytiques. Les proportions de fibres et de glucides ne doivent pas dépasser les valeurs maximales.

Qualité et source des ingrédients

Il n’est pas toujours simple de connaître la valeur qualitative des ingrédients en lisant les étiquettes des sacs de croquettes. La législation n’impose pas de niveau de précision aux fabricants. Certaines marques jouent le jeu de la transparence, d’autres non.

Évitez les termes vagues tels que « viande ». Les bonnes croquettes n’hésitent pas à spécifier l’origine et la forme de la viande. Ainsi, préférez les expressions comme « cuisse de poulet », « viande de poulet déshydratée », « porc », « bœuf haché », etc.

De même, il convient d’éviter les croquettes portant la mention « abats ». Elles peuvent inclure des sous-produits de très faible qualité, voire des déchets tels que des carcasses, des poumons, des peaux, des cornes ou des plumes.

Un énoncé trompeur comme « farine de volaille » peut aussi être utilisé pour désigner des abats. Privilégiez la mention « farine de viande de volaille ».

Quantité journalière recommandée : préconisations à adapter au cas par cas

Le tableau des doses journalières recommandées se situe également à l’arrière de l’emballage. 

Gardez à l’esprit que la quantité requise pour votre boule poilue est fonction de ses besoins énergétiques. Ces derniers dépendent de divers facteurs tels que son gabarit, son état de santé, son activité physique, etc.

Vous devez donc la considérer comme une préconisation et l’adapter au cas de votre animal de compagnie.

Bon à savoir : si votre chien est trop maigre ou trop enveloppé, la quantité de nourriture à donner doit être ajustée au poids idéal cible, et non à son poids réel.

Allégations nutritionnelles sur les sacs : se méfier des étiquettes des croquettes pour chien

Côté face avant, vous trouverez différentes informations telles que la marque des croquettes, le type d’aliment ainsi que des allégations nutritionnelles marketing.

La mention « aliment complet » ou « aliment complémentaire »

Cette mention est obligatoire sur l’étiquette du paquet. Elle vous renseigne sur l’usage des croquettes. 

Un aliment complet suffit à lui seul à nourrir votre chien. Il contient tous les nutriments nécessaires à une alimentation équilibrée, y compris les micronutriments.

Un aliment complémentaire quant à lui, a pour vocation d’enrichir une alimentation de base en fournissant des nutriments et des micronutriments. Il ne peut pas être utilisé seul, car il ne répond pas aux besoins nutritionnels fondamentaux de votre compagnon. 

Si la ration alimentaire de votre chien est apportée par des croquettes, vérifiez bien la présence du terme « aliment complet ».

Informations nutritionnelles : gare aux arguments marketing 

Un beau packaging comporte des termes destinés à vous fournir des informations sur le produit tout en vous donnant l’envie d’acheter ce paquet plutôt qu’un autre.

Pour protéger les animaux et les consommateurs, une réglementation stricte régule l’étiquetage. Ainsi, la législation européenne interdit l’utilisation de langages ou visuels trompeurs, exagérés, ou mensongers. 

Cependant, de nombreux fabricants ne suivent pas correctement ces règles. Sur le marché, des sacs d’alimentation aux allégations mensongères persistent et les contrôles de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) épinglent régulièrement les manquements.

Méfiez-vous des affirmations valorisantes telles que « apporte les nutriments essentiels pour son bien-être », ou « contribuent à réduire les rougeurs et les démangeaisons ». Lors du dernier avis de la DGCCRF, 44 % des produits affichant ce genre d’inscriptions présentaient des non-conformités ! En effet, peu de fabricants parviennent à fournir les preuves scientifiques de leur véracité. 

Certaines étiquettes utilisent des termes qui induisent facilement en erreur. Il est intéressant de les connaître pour y porter un regard averti et ne pas se laisser duper.

Parmi ceux-ci, nous pouvons citer les mentions les plus souvent retrouvées : 

  • « Au goût de poulet », « arôme de poulet », « contient du poulet » : l’ingrédient poulet correspond à maximum 4 % du total des composants ;
  • « Avec du bœuf », « au bœuf » : ici le bœuf représente 4 % à 14 % du produit ;
  • « Riche en agneau » : la formule des croquettes comprend entre 14 % et 26 % d’agneau ;
  • « Canard » : la recette comporte au minimum 26 % de canard.

Pour ne pas être trompé par les étiquettes d’allégations commerciales au recto des paquets, la meilleure méthode est de se rapporter au verso, car c’est là que les informations essentielles se trouvent ! 

Tournez le sac et fiez-vous aux mentions étudiées telles que l’analyse des composants analytiques et la liste des ingrédients. 

Comprendre comment lire les étiquettes des croquettes pour chien se révèle primordial pour garantir une alimentation équilibrée et saine à votre animal de compagnie.

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.